SURFING MUIZENBERG
 

Zoom sur la vie des surfeurs à la pointe de l’Afrique du Sud, côté océan Indien.

5h30, le réveil sonne. Sans ouvrir un œil, je tâtonne pour mettre la main sur l’Iphone et charger la dernière image prise par la webcam figeant la vue plongeante sur la baie et les vagues. La visibilité n’est pas excellente, peut-être est-ce la brume matinale ou alors la connection internet plus que flemmarde… Bref, difficile de se faire une idée des conditions réelles sur ce gadget a l’écran en toile d’araignée. Pourtant, les prévisions annonçaient une concordance des forces de la nature propice à une de ces sessions de surf qui s’éternise au delà de la fatigue.

Cela va faire 5 mois que je me suis installée dans ce village en bord de mer, à 30 minutes de route du centre ville du Cap. Ma combinaison de surf n’a pas encore eu le temps de sécher entre deux sorties.

 

Je saute du lit et décide d’aller voir si les vagues valent la peine de se lever aux aurores. Sur le chemin de la plage, quelques locaux descendent les rues encore vides de monde, en pyjama et pied nus. On se sent moins fou, ou un peu plus, une question de point de vue. Les premiers bakkies, planches de surf attachées sur le toit finalisent leur créneau sur le parking face a l’océan. Le vent ne s’est pas encore levé, c’est bon signe.

Muizenberg appartient à ceux qui se lèvent tôt. Face à l’Océan Indien, le village est chanceux de recevoir chaque jour, les premiers rayons de lumière. Le sable est encore froid de la nuit passée mais déjà, à l’horizon, le soleil sort de l’eau projetant des reflets violet, rose, bleu marine et argent sur les vagues. Une palette de couleurs hypnotisantes, en constant mouvement. Je souris. Elles sont au rendez-vous et avancent en rang, lentement, les unes derrière les autres comme si elles obéissaient aux indications d’un chef d’orchestre donnant précisément le rythme à suivre. Ce matin, les vagues forment des lignes parfaites, bienvenue au paradis du longboard. L’appel de l’océan fait monter l’adrénaline, les battements du cœur s’accélèrent…Il est presque 6h, surf’s up !

 
 

A une demi-heure de route du centre ville animé de Cape Town, Muizenberg est renommée pour ses longues vagues. Les boutiques et écoles de surf dominent désormais le front de mer attirant les surfeurs débutants et confirmés. Quand les conditions sont optimales, les locaux se lèvent aux aurores pour aller dans l’eau avant de mettre un pied au bureau.
Dans l’eau, l’ambiance est plutôt bon-enfant. SUP, bodyboarders et surfers se partagent les vagues et même si quelques fois les planches s’entrechoquent, ce n’est jamais bien méchant. Après tout, on est entre voisins.

 

Muizenberg est aussi réputée pour être le terrain de jeu des requins blancs. Mais pas de panique, les shark spotteurs surveillent la baie du haut de la montagne et enclencheront l’alarme si un de ces gros poissons à dents pointues s’approche de trop près. L’océan en perdra alors ses fans et la plage se retrouvera noircie de monde attendant patiemment près des planches le signal leur autorisant de retourner surfer.

Un village au sud de l’Afrique du Sud, face au soleil levant offre des vagues qui rendent accros ses habitants et séduit les internationaux. Un coin de paradis pour longboarders. Un endroit ou le bonheur et la joie sont rythmés par la nature.